Le site du Haut Niveau en Voile

Plateforme pédagogique Suivi Individuel du Sportif
Actualités | HAUT NIVEAU

34 skippers attendus sur un parcours en trois longues étapes !

Le coup de canon de départ de la première étape de la 53e édition La Solitaire du Figaro sera donné le 21 août prochain, en Loire-Atlantique au large de Saint-Michel-Chef-Chef, après avoir effectué une grande parade le long de la Loire depuis Nantes. Fidèle à sa réputation, la dernière épreuve du Championnat de France Élite de course au large promet à nouveau un sacré spectacle. Un parcours global d’environ 2000 milles nautiques (3700km) attend les 34 figaristes, dont 5 femmes, inscrits. Parmi eux, 9 bizuths auront la chance de se présenter sur la course considérée comme la plus difficile du circuit.

Devenue au fil des années l’une des plus prestigieuses courses à la voile en France, La Solitaire du Figaro a vu naître bon nombre de légendes de la course au large. Depuis 2019, c’est sur les Figaro Bénéteau 3, premier monotype à foils de série au monde, que s’élancent les marins à armes égales.

 

Cette épreuve phare du circuit Figaro Bénéteau et du Championnat de France Élite de Course au Large est une école de l’excellence, du courage, de l’audace, souvent récompensés, passage incontournable pour toutes celles et ceux qui rêvent de mener une carrière de marin professionnel. Elle est dotée du plus gros coefficient (5)* et considérée par tous les marins comme une « course de légende » par la bataille qui s’y mène, toujours intense.

 

*Le Championnat de France Elite de Course au Large est un championnat à point. Chaque épreuve, inscrite au calendrier du Championnat, se voit attribuer un coefficient, déterminé par la difficulté et la durée de celle-ci.

 

 

Le parcours bâti sur trois grandes étapes de fond

Trois grosses étapes imaginées comme des vrais morceaux de bravoure, c’est le format retenu pour cette édition, qui revient du 16 août au 11 septembre prochains. Plus de 635 milles (1180km) pour chacune et un total de près de 2000 milles (3700km) via Port-la-Forêt, haut lieu de la course au large en Bretagne et une escale inédite à Royan constituent le tracé qui s’inscrit dans le prolongement de son ancrage en Loire-Atlantique. Aux côtés de son Partenaire Majeur, la course fait la part belle aux deux grandes villes du département, puisque le Grand Départ aura lieu à Nantes le 21 août prochain et le Grand Final à Saint-Nazaire trois semaines plus tard, garantissant de belles fêtes populaires et un public au rendez-vous pour saluer les skippers.

 

 

Le parcours 2022 décrypté par Yann Chateau, nouveau directeur de course de La Solitaire du Figaro, secondé cette année par Pierre Hays, directeur de course adjoint :

« La Solitaire du Figaro 2022 se déroule en 3 étapes dans un format qui sera éprouvant pour les corps et les esprits des marins, avec un départ le dimanche pour une arrivée théorique des bateaux le jeudi matin, les skippers de cette 53ème édition de la Solitaire s’affronteront sur des étapes longues de quatre nuits successives en mer. C’est aussi sur la récupération qu’il faudra être au rendez-vous. Ils n’auront que trois nuits à terre pour dormir et préparer le bateau avant d’attaquer l’étape suivante. Une Solitaire du Figaro à hauteur de sa réputation : dure, engagée, éprouvante, très technique.

La première étape commencera par une parade en Loire le samedi 20 août pour pouvoir donner un départ le lendemain en baie de Saint Michel-Chef-Chef. Elle rallie Nantes à Port-la-Forêt via Skokholm Island, une petite île au bout du pays de Galles. Longue de 644 milles, elle enverra les marins sur une trajectoire assez nord, en mer celtique, où peuvent sévir des dépressions. Enfin, le retour offrira le passage de plusieurs caps, dont Land’s End et la pointe bretonne. La deuxième étape va explorer la Manche et ses courants, d’autant plus qu’elle se déroulera en vives eaux (coefficient de marées supérieur à 70). De Port-la-Forêt à Royan, en passant par le phare d’Eddystone en Cornouaille anglaise et les îles anglo-normandes, cette étape sera longue de 635 milles. Elle se finira sur un bord plus ouvert jusqu’à l’embouchure de la Gironde. La dernière étape devient une classique de La Solitaire du Figaro avec une double traversée du golfe de Gascogne, au départ de Royan et à destination de Saint-Nazaire sur une distance totale de 700 milles. La marque à contourner le long des côtes espagnoles se situe à proximité de la Corogne. Ces deux grands bords ouverts permettront aux stratèges de s’exprimer, d’autant qu’à cette saison, une dorsale anticyclonique pourrait bien être à négocier ».

Une grande nouveauté en 2022 sera l’intégration sur chaque étape d’un sprint intermédiaire, au passage d’une marque de parcours préalablement définie (indiquées dans l’avis de course). Les premiers concurrents à franchir cette marque recevront une bonification en temps pour le classement général (5 minutes pour le premier / 3 minutes pour le second / 1 minute pour le troisième). Ce sera l’occasion d'accroître l’enjeu autour de ces points de passages et de récompenser la petite prise de risque d’un skipper, l’option tranchée du dernier kilomètre.

 

 

Un plateau relevé dont 9 bizuths

 

Les bizuths qui participeront pour la première fois de leur carrière sportive à La Solitaire du Figaro s’apprêtent à en découdre, jetés dans le grand bain aux côtés de marins de légendes ! Tel un Fred Duthil, grand habitué de la course avec 12 participations au compteur.

 

La Solitaire du Figaro, course à maturation lente tant le travail et les entraînements sont payants, pourrait profiter, en victoires d’étapes à des concurrents aguerris sans doute plus audacieux dans les options tranchées que les plus novices.

 

Les bizuths, issus de différents horizons, armés de solides convictions et avides de remporter le titre de vainqueur au Classement Bénéteau des Bizuths, se préparent à entrer dans l’arène. À l’instar de certains de leurs prédécesseurs, Laurent Bourgnon et François Gabart, premiers bizuths en 1988 et 2008, qui comptent parmi les plus grands noms de la course au large.

 

Parmi les nouveaux talents, bizuths de cette édition, le jeune Morbihannais Basile BOURGNON, (EDENRED), qui réalise un début de saison 2022 en Figaro des plus prometteuses (vainqueur de la Drheam-Cup avec Robin Follin, 2è du classement bizuth de la Solo Maître CoQ, 5è à l’issue du Trophée BPGO – Sur la Route des Îles du Ponant 2022 (avec Yann Eliès), 1er Bizuth, de la Le Havre Allmer Cup.) À ses côtés, tout autant pressée de s’élancer, la pétillante Chloé LE BARS (Région Bretagne - CMB Océane) a, elle, déjà signé une place de 1ère bizuth sur la Solo Maître Coq.

 

On découvrira le skipper Guillaume PIROUELLE, sélectionné pour intégrer le dispositif « skipper normand » sur trois saisons en Figaro Bénéteau 3. Il a commencé la compétition à 8 ans en optimist au Havre et à 28 ans seulement, possède déjà un palmarès impressionnant : avec un titre de Champion du Monde Jeunes en 470, 2 titres de Vice-champion du Monde en 420 et plusieurs titres de Champion d’Europe en 420 et en 470. À mi-chemin entre la voile olympique et la course au large, Guillaume a poursuivi ses gammes en Diam24 sur plusieurs Tour Voile (anciennement Tour de France à la Voile) et compte deux podiums et une victoire en 2019. En 2020, Guillaume a appris pendant une saison aux côtés d’Alexis Loison, en participant à toutes les courses en double. Et cette année, c’est enfin à son tour d'être seul à bord du Figaro Région Normandie.

 

Sera également présent Davy BEAUDART (Nauty'mor), gérant de chantier naval et skipper, est loin d’être un inconnu dans le monde de la course au large. Le Ploemeurois a remporté pas moins de 12 victoires en Classe Mini 6.50 entre 2001 et 2018.

 

Laurent BOURGUÈS (#Devenez Partenaire), ce préparateur et boat captain hors-pair qui a accompagné les plus grands (Yvan Bourgnon, Yves Le Blevec, Tanguy de Lamotte, Thomas Ruyant), vainqueur entre autres du tour de l'Île de Wight en Multi 50, du Mini Fastnet en proto 6.50) se jette à l’eau pour la première fois sur La Solitaire du Figaro. Fort de son expérience sous le signe de l’éclectisme dans les coulisses de la course au large, il comptera forcément parmi les bizuths à suivre. Quant à Romen RICHARD (PASSION SANTE / TRANS-FORME), double Vice-Champion de France Laser jeune, 9ème Vice-Champion d'Europe ByteCII 2014, représentant français aux Jeux Olympiques de la Jeunesse 2014 en Chine, c’est sur sa fine connaissance de la régate au contact qu’il pourra miser.

 

Enfin du côté des skippers étrangers, l’Écossais Piers COPHAM (Voiles des Anges) ou encore l'Allemande Susann BEUCKE (This race is female), forts de leur talent forgé sur d’autres plans d’eau, tenteront de bousculer la hiérarchie qui se dessinera sur l’eau. Cette dernière, médaillée d'argent en 49er FX en 2020 aux Jeux olympiques de Tokyo, double championne d'Europe et nombreuses fois dans le top 5 des Championnats du monde et dans le top 10 en Coupe du monde, a plus d’un atout pour animer la compétition. Quant au skipper irlandais, Conor FOGERTY, il a une revanche à prendre à la suite de son abandon dans la Solo Maître CoQ. Sa première participation à La Solitaire du Figaro lui en donnera une belle occasion.

 

Si la population des figaristes rajeunit, on note régulièrement le retour de certains ‘anciens’.
C’est notamment le cas du navigateur Jörg RIECHERS, qui avait participé en 2005. Le skipper allemand, 2nd de la mini transat en 2017, 3e de la Normandie Channel Race en class40 deux ans plus tard et 6e de la Transat Jacques Vabre la même année est doté de bons arguments pour prétendre à un résultat. Il navigue depuis son enfance sur l’Elbe et espère être au départ du prochain Vendée Globe. Ce retour sur La Solitaire du Figaro est une introduction parfaite.

 



Voir le communiqué de presse complet

 

Site officiel